Un début difficile

Ayant suivi une formation en droit, cela fait maintenant une quinzaine d’année que j’exerce en tant que juriste d’entreprise spécialisée en droit des affaires/droit de l’entreprise.
Très tôt sensibilisée à la protection de l’environnement, mon rêve était de travailler soit dans l’aménagement du territoire, les espaces verts, ou en droit de l’environnement ! Les aléas des expériences professionnelles en ont décidé autrement, si bien que j’ai exercé dans de grands groupes marqués par de forts enjeux de performance financière, et peu soucieux de la nature et de l’humain. Je ne supportais plus l’inertie générale et surtout de devoir rester passive et ne pas pouvoir agir. Que de temps perdu ! J’ai essayé, seule, de sensibiliser chacun, mais les résultats n’étaient jamais à la hauteur de mes exigences !

La formation IpESS

La formation IpESS* que j’ai suivi avec le réseau FEVE m’a ouvert les yeux sur bien des aspects de la vie de salarié qui sont accessibles par tout un chacun tels que : l’empowerment, la capacité de réfléchir par soi-même, de s’intéresser et de questionner le modèle, et d’agir ! J’ai réalisé que beaucoup de choses étaient réalisables ensemble si on se donne la peine de comprendre, d’écouter et de convaincre…avec patience. Cela m’a redonné du courage et du cœur à l’ouvrage dans ma vie de tous les jours au travail.
C’est ainsi que j’ai lancé une première réunion d’un petit groupe de personnes – que j’avais préalablement interrogées et qui s’étaient montrées intéressées- sur une première thématique : « le plastique c’est pas fantastique ». En effet, dans mon entreprise les salariés usaient et abusaient des bouteilles en plastique. Néanmoins je savais que ce sujet n’était que l’arbre qui cache la forêt et que nous aurions bien d’autres problématiques à aborder. Ainsi chaque mois, après la cantine du lundi, nous avions notre rendez-nous, duquel ressortaient des actions choisies collectivement en fonction de la priorité et de la pertinence, et auxquelles chacun a pu participer à la mise en œuvre.
Par exemple : nous avons réduit considérablement l’usage des bouteilles en plastique (dédiées à l’avenir exclusivement aux « visiteurs »), nous avons acheté des carafes d’eau et des couverts en inox, nous avons organisé le tri et le ramassage des déchets à recycler par un ESAT, ainsi que le ramassage des paniers repas en papier par le fournisseur …tout cela en l’espace de 6 mois !
Sans oublier de lancer des évènements conviviaux qui sont toujours un bon moyen de créer des liens !. Nous avons ainsi participé au challenge mobilité de la région Rhône-Alpes début juin et organisé un pique-nique partagé entre collègues.

Aujourd’hui

Aujourd’hui, j’ai quitté mon entreprise pour rejoindre une ONG qui œuvre auprès des plus pauvres, et qui fait la part belle aux actions en faveur de l’environnement. En effet, les populations déjà fragilisées, subissent dans certains pays déjà très directement les effets du réchauffement climatique. Mais comme dans toute organisation, la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux est perfectible. J’ai tout de suite mis à disposition le plan des pistes cyclables de Lyon dans mon bureau et j’ai bien l’intention de lancer une formation de mes collègues sur le tri des déchets !Je sais aussi que mes anciens collègues poursuivent les RDV collectifs du lundi et qu’ils ont comme projet de rédiger une charte de fonctionnement du petit groupe FEVE, et de soutenir l’installation d’un garage à vélos. A suivre !


* La formation IpESS (Intrapreneur Environnemental, Social et Solidaire) est proposée à tout salarié souhaitant devenir ambassadeur écocitoyen au travail. Prochaine session en automne 2019. Inscriptions  ICI


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *