Dans la mise en place d’une démarche RSE, les organisations ont tendance a digitaliser ses process afin de réduire l’utilisation du papier, et c’est bien ! Mais saviez-vous que le numérique aussi a, lui aussi, un impact environnemental ? Dans un futur proche, les nouvelles technologies risquent de devenir la première source mondiale de pollution. C’est ce qu’on appelle la pollution numérique.

Elle résulte à la fois de notre utilisation des nouvelles technologies et de notre activité avec internet. A chaque action sur le web vous faites voyager des données aux quatre coins du monde. En moyenne, une donnée parcourt 15 000 de kilomètres avant de revenir à vous.

Mais lorsque l’on occupe un emploi de bureau, il n’est pas toujours facile de limiter sa consommation d’internet. On vous donne toutes nos astuces pour réduire votre impact carbone au travail

Chouchoutez votre boite mail : triez vos mails, réduisez le nombre de destinataires, et allégez les PJ

Notre premier conseil est simple en application : videz votre boîte mail au fur et à mesure, mais surtout veillez à réduire le nombre de destinataires ! On ne le répètera jamais assez, il ne faut jamais stocker des e-mails inutiles. TOUS les mails que vous recevez (et que vous envoyez) sont stockés dans des datacenters (immenses bâtiments). Pour vous donner une idée : les data centers chinois rejetteraient autant de CO2 que 21 millions de voitures.

Alors on cesse de répondre « ok » à Karim de la compta, en mettant en copie Michel le technicien, qui n’en a rien à faire finalement mais qui va laisser traîner votre réponse dans sa boite de réception pendant une semaine… Plus sérieusement, réduire de 10% l’envoie des e-mails incluant son responsable ou un collègue peut permettre à une entreprise de 100 salariés d’économiser jusqu’à environ 1 tonne de CO2 par an.

Par ailleurs, on évite également la réception de courriels inutiles en installant un anti spams et en se désinscrivant des newsletters qu’on ne lit jamais (même la nôtre si vous ne la lisez pas), ne la stockez pas inutilement J

Enfin, on allège ses messages en optimisant la taille des pièces jointes, on réduit les PDF et on trouve des alternatives aux fichiers lourds. Préférez donner une clé USB à votre collègue de bureau plutôt que de lui envoyer un fichier par e-mail, et en plus, ça vous fait bouger au bureau !

Réapprenez à naviguer sur Internet: pensez à réduire votre nombre de recherches, bloquez les vidéos et choisissez votre moteur de recherche

Chaque recherche que vous faites sur un moteur de recherche fait appel à nos fameux data centers, et donc … émets du CO2. Petite astuce : réduisez le nombre de vos recherches en enregistrant les liens en favoris ! Près de 70% de nos recherches sur le web aboutissent sur des sites internet où nous nous rendons quotidiennement, alors créez-vous un raccourci et accédez à vos sites préférés sans passer par la case Google ou autres !

Deuxième petite astuce : bloquez les pubs et les animations flash sur vos pages internet. L’impact environnemental des pubs en ligne est colossal. Elles représenteraient 39% du poids des pages web. Selon l’étude “Évaluation de l’impact environnemental de la publicité en ligne”, publiée en novembre 2018, le total des émissions de CO2 des pubs sur Internet était de 60 mégatonnes en 2016. Cela ne représente pas moins de 60 millions d’allers-retours France-Etats-Unis en avion. Pas de panique, pour y remédier, il existe des dizaines de solutions pour bloquer les pubs sur votre ordinateur (Adblock est le plus connu).

Enfin, optez pour des moteurs de recherche qui reversent une partie de leurs revenus pour des projets sociaux ou environnementaux : Ecosia, Ecogine, Ecosearch, Lilo. C’est gratuit, et c’est éthique.

Prenez soin de vos équipements et ne vous suréquipez pas

En 2019, on compte 34 milliards d’équipements numériques (téléphones, ordinateurs, objets connectés, tablettes) dans le monde pour seulement 4,1 milliards d’utilisateurs, soit 8 équipements en moyenne par personne.

Le simple fait de prendre soin de vos outils numériques pour les conserver le plus de temps possible, et de faire le point sur vos réels besoins va contribuer à réduire l’impact environnemental de la production de ces nouvelles technologies !

Alors, vous êtes partants ?

Catégories : News

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *