Aujourd’hui c’est Sandrine, que nous décidons de vous présenter à travers ce portrait. Motarde de passion, elle est aussi auditrice et chef projet dans le domaine de la certification de dispositifs médicaux. Elle se charge d’auditer les fabricants et vérifier la conformité réglementaire de leurs produits pour qu’ils obtiennent le marquage CE, et la conformité de leurs Systèmes de Management de la Qualité (ISO 9001, ISO 13485,…).

Elle précise : “Elue et Trésorière de CSE, je veux que les Affaires Sociales et Culturelles de mon entreprise envoie des signaux et amènent le débat à un endroit où il est particulièrement inexistant.”

Une vie bien remplie qu’elle complète avec son rôle de bénévole chez le Réseau FEVE.

Elle est très vite devenue un individu clé au sein du Réseau en nous apportant connaissances, retours d’expériences, force d’esprit et enthousiasme au quotidien. En effet, elle a suivi un Master Développement Durable (Paris Dauphine), passé en formation continue entre 2013 et 2015. “Ce fût LE changement. Des mots sur mes maux.” ajoute-t-elle.

Nous lui avons posé quelques questions :


Sandrine, comment as-tu connu le Réseau FEVE?

“J’ ai connu le réseau FEVE parce que j’ai cherché à me renseigner sur les conversations carbone : mon fils, en service civique au Parc Naturel du Pilat (42), a participé aux conversations carbone et j’ai pu échanger avec lui sur le contenu, la méthode et sa cible, l’entreprise et ses salariés.

J’ai suivi la formation de 2h après un contact avec Solinne MORETTI. Créer une FEVE en région parisienne me parait nécessaire, je souhaite suivre la formation, devenir formatrice à mon tour, ayant une expérience réussie dans ce domaine vers les jeunes et la sécurité routière.”


Quel magazine, blog, souhaiterais-tu nous conseiller ?


“Je ne suis pas de blog particulier sur notre sujet mais je lis beaucoup de sources et assiste à des conférences passionnantes. Quelques lectures et cours de Master m’ont marquée à vie :

« Prospérité sans croissance », de Tim Jackson, « Développement Durable, une théorie floue et ambigüe » de Yvon PECQUEUX (CNAM), mon directeur de mémoire, « Comptabilité et développement durable », de Jacques RICHARD, ZINS sur l’Inde, pays dans lequel j’ai étudié un bidonville et l’empowement des femmes qui y vivaient.

Je lis régulièrement les articles de REPORTERRE, j’aime beaucoup le positivisme et le partage de bonnes pratiques de POSITIV’R.

Au-delà de la politique, j’ai réalisé à quel point on était loin de la nécessaire vulgarisation et appropriation par le peuple d’un début-de-bout-d’idée-de-par-quoi-commencer pour essayer de changer, chacun chez soi ou dans son travail, à son rythme. Depuis les Accords de Paris, les gens sont abreuvés de signaux contradictoires rendus inaudibles : chaque fois qu’ils font un effort en faisant un choix, c’est réduit à néant par une propagande contraire. Pire, ils n’ont pas la possibilité de changer même si ils pensent qu’il le faut, juste parce qu’ils n’ont pas les moyens d’y réfléchir ni d’agir ou qu’ils sont contraints dans leurs vies quotidiennes.”

Je veux leur offrir ces moyens qui m’ont été donnés

Sandrine CHAUVET, lors de son interview avec le Réseau FEVE

Qu’est-ce qui te fais lever le matin ?

“C’est que la vie est belle et que je veux qu’elle le reste : je veux donc agir en ce sens, partout où c’est possible, pour mes enfants et ceux des autres. Autrement dit, je vais bien mais j’irais beaucoup mieux si tout le monde allait bien comme moi.”


Quel est ton souhait pour l’année 2021 ?

“Que 2021 soit le moment de bascule.”

Un grand merci à elle !


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *